Paysages productifs :l'œil paysagiste sur l'exploitation

Récit de famille & paysages : Traces laissées, traces à laisser

Lien vers l'intégralité de l'étude : https://fr.calameo.com/read/0042196660da9c39f2617?authid=y17m7Y6zDznb

 

Mon cœur a toujours balancé entre ma passion pour les paysages, l’architecture, l’aménagement d’un côté et mes racines, l’agriculture et le domaine viticole familial de l’autre. S’il y a quelques années, je pensais devoir faire un choix, durant mes études à l’ENSAP Bx, j’ai appris que je pouvais lier les deux. Ce lien est à imaginer et à créer.

 

Durant les 3 années passées à Bordeaux, j’ai réalisé que les projets touchant le monde rural m’intéressent particulièrement à travers leur complexité, mêlant social, économie, politique, écologie, et paysage. Cependant lors des rendus, les élus m’ont toujours reproché de ne pas maîtriser les logiques agricoles. Mon rôle n’étant pas de les maîtriser mais de les comprendre au mieux pour savoir où, comment, et avec qui agir.

 

J’ai donc choisi d’utiliser ce temps du TPFE pour débuter une réflexion sur la place du paysagiste en milieu agricole, savoir ce que je pourrais apporter à l’exploitation familiale et méditer sur la paysagiste que je voudrais être dans l’avenir.

La profession de paysagiste a largement fait ses preuves en milieu urbain, sur les espaces urbanisés en milieu rural et en milieu naturel. En revanche, la profession de paysagiste en milieu agricole peine à trouver ses marques, à se faire une place.

Deux réflexions ont été conjointement menées. Si à l’origine mon objectif était de travailler un projet d’aménagement du domaine familial, ma réflexion a très vite été confrontée à de l’incompréhension : «Mais qu’est ce que tu veux faire sur une exploitation ?». Je me suis donc demandée ce que peut apporter mon regard de paysagiste à mes parents et plus largement aux agriculteurs ? Comment me faire une place dans le monde agricole ? Quelle légitimité ai-je à ce jour pour pouvoir me rêver comme paysagiste en milieu agricole ? Quelle stratégie d’action pourrais-je instaurer pour me faire une place dans ce milieu ?


Ce travail n’est que l’amorce d’une expérimentation en immersion. L’objectif est double : démontrer que mon regard de paysagiste pourrait être utile sur une exploitation agricole au sens large et proposer un projet que je pourrais réellement expérimenter pour poursuivre cette immersion dans le monde agricole.

Ma méthodologie de travail a été très intuitive: j’ai arpenté le domaine, discuté avec les employés, avec les membres de la famille... J’ai profité de salons des vins pour échanger avec d’autres viticulteurs sur le rapport qu’ils ont au paysage, j’ai observé les stands et les étiquettes pour voir si une place était donnée au paysage... Je suis allée à la rencontre d’acteurs porteurs de projets en lien avec le paysage (Maison des vins de Gaillac, Syndicat du Cru Limouxin), j’ai échangé avec des agriculteurs céréaliers ... j’ai lu beaucoup d’articles et je me suis documentée sur les cultures possibles sur nos terrains...
Ces apports d’information ont nourri ma réflexion au fil des aller-retours entre le terrain, les entretiens et le travail bibliographique.

 

Le document «Récit de famille et paysages» a été créé tout d’abord dans un objectif personnel :
- Prendre le temps de découvrir réellement l’exploitation de la famille, sous toutes les coutures de ses parcelles
- Avoir une approche anthropologique (comprendre l’influence des personnalités sur le projet d’exploitation et l’aménagement du domaine)
- Retracer l’histoire de l’exploitation pour comprendre d’où viennent certaines représentations
- Rêver d’un projet pour l’exploitation pour «laisser ma trace»

«Récit de Famille et Paysages» a aussi pour vocation de partager ma vision de l’exploitation et le récit de son histoire, avec ma famille et plus largement avec les visiteurs du domaine. Ce document a enfin pour objectif de montrer un des positionnements possible du paysagiste en milieu agricole.


Bonne lecture.